Institut d'Estudis Occitans
Label Òc per l'Occitan
  • Òc
  • Français
  • English
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Mòstra « Marcelle & Anjela : La poésie au féminin »

29 May 2018 - 12 July 2018
Mediateca Intercomunala Eric Rohmer, av. Winston Churchill, Tula – Tulle (19)

Dans le cadre du festival Balad’Oc, exposition prêtée par le CIRDOC et réalisée par l’association bretonne Rhizomes.

250px-M-delpastre

Marcela Delpastre

Marcelle et Anjela sont deux poètes (Marcelle détestait le terme de poétesse qu’elle faisait rimer avec « de mes fesses »…) du XXe siècle, l’une occitane, l’autre bretonne, partageant un même objectif : écrire ce qu’elles ont à dire dans leurs langues maternelles.
Marcelle Delpastre, est née en 1925 à Germont sur la commune de Chamberet. Fille, petite-fille, arrière-petite-fille de paysans, elle vécut au cœur de la culture et de la civilisation paysannes. Chez elle, elle entend et apprend deux langues, l’occitan et le français. Écolière à Surdoux puis à Saint-Léonard-de-Noblat, elle obtient le baccalauréat philosophie littérature à Brive, puis elle fréquenta l’École des Arts Décoratifs de Limoges. De là, elle revint dans la ferme familiale, et privilégia l’écriture, en français et en occitan plutôt que le dessin ; la poésie était son mode d’expression préféré tout en s’adonnant aux travaux des champs.
Partout l’accompagnait un carnet sur lequel elle écrivait ses vers, ses réflexions. Son premier poème occitan « La lenga que tant me platz » paraît en 1964 dans Lemouzi. À partir de ce moment-là, Marcelle décide d’écrire en occitan limousin sur le Limousin.

À la même époque, la bretonne Anjela Duval publie dans la revue Ar Bed Keltieck son premier texte. Née en 1905, près de Plouaret (Côtes-du-Nord), Anjela est fille unique d’une famille de cultivateurs, et a repris, seule, la ferme familiale.
Restée célibataire, elle écrit ses poèmes après sa journée de travail aux champs sur un cahier d’écolier dans sa maison du Vieux-Marché à Traoñ an Dour, hameau isolé.
Bien qu’elle sache lire le breton très jeune, elle ne se met à l’écrire que dans les années 1960.
Elle collabore à Ar Bed Keltiek une revue en langue bretonne et se fait connaître du public par l’émission d’André Voisin Les Conteurs, en
1971. Ses œuvres (sous le titre Oberenn glok), parues en 2000 sont rééditées en 2005, à l’occasion du 100ème anniversaire de sa naissance.

L’exposition vous invite à découvrir l’œuvre et la vie de ces deux figures féminines de la poésie contemporaine en langues régionales.

> Dans le hall d’exposition.
> Entrée libre.
> Vernissage vendredi 1er juin à 17h. 

Per ne’n saubre mai / Renseignements

Médiathèque Intercommunale Éric Rohmer (Avenue Winston Churchill – 19000 Tulle) 05 55 20 21 48 – mediatheque@tulleagglo.fr – www.mediatheque.tulleagglo.fr

photoanjeladuval

Angela Duval