Institut d'Estudis Occitans
Label Òc per l'Occitan
  • Òc
  • Français
  • English
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Mòstra / Exposition : « L’éloge de l’étrange : Roland Vincent, Jean Pous, Hélène Duclos »

21 December 2017 - 10 June 2018
Musée et jardins Cécile Sabourdy, Vic – Vicq-sur-Breuilh (87)

Étrangeté (syn.) : bizarrerie, singularité, excentricité, caprice, irrégularité, originalité, invraisemblance, exotisme, curiosité, anomalie…
L’étrangeté émane d’une altération de « l’univers connu », quotidien, qui surprend l’esprit et les sens par un caractère inhabituel, singulier, extraordinaire.

Dédié aux créateurs Naïfs, Bruts et Singuliers, le Musée Cécile Sabourdy accueille des pratiques artistiques libres et inclassables allant du 19e s à nos jours.
Les expositions s’y succèdent et une constante se fait jour : la présence de l’étrange. Tantôt intrigante, tantôt inquiétante.
Enveloppant les univers Hors-les-normes montrés à Vicq, cette impression d’étrangeté offre peut-être un antidote aux codes imposés…
Cette saison encore, l’extra-ordinaire fait irruption au Musée et jette joyeusement le trouble sur notre perception de la réalité.
Pour leur première rétrospective, les sculptures sans pareil de l’autodidacte Roland Vincent rencontrent les galets gravés de Jean Pous, figure de l’Art Brut originaire des Pyrénées.
À leurs côtés, se posent les insolites paysages en suspension de la peintre contemporaine Hélène Duclos.

Faire parler la pierre : l’œuvre prophétique de Roland Vincent

Roland Vincent est maçon, tailleur de pierre.
Creusois né en 1948, il mène une existence discrète près de Guéret au village de Sardent, entouré du granite qui partout affleure.
Dès les années 90, les pierres souvent massives qu’il a repérées et conservées au fil du temps, se « mettent à parler » : il leur donne figure humaine et leur présence magnétique s’impose.
Suivant une intuition visionnaire, son outil souligne une bosse, une faille, une arrête naturelles du roc : une pommette, un œil pénétrant, une épaule apparaissent.
Maître de ces formes nouvelles, l’artisan est d’emblée devenu artiste.
Plus tard, Roland Vincent invente les Babòias* : des figures plus menues, aux silhouettes alambiquées, nées d’une poudre de roche modelée.
Leur foule grimaçante, désarticulée, installe un défilé burlesque où se jouent simultanément une grande farce et toute la tragédie du monde.

* Prononcées « babauye »

Jean Pous, l’énigme créatrice

Jean Pous (1875 – 1973) vient à l’art une fois le grand âge arrivé.
Fabriquant de bouchons fraîchement retraité, à 87 ans il se met à sculpter et graver, inlassablement, des galets ramassés le long d’un fleuve voisin.
L’activité créatrice abonde autour de lui (son fils, sa petite-fille et son époux sont artistes) mais l’influence peu. Les formes qu’il donne à ses galets lui sont suggérées par les pierres elles-mêmes, et par une nécessité intérieure. Visages de face ou de profil, figures féminines ou masculines, animaux et fleurs, semblent puisés dans un fond universel de l’humanité, renouvelant l’énigme d’une mémoire partagée.

Hélène Duclos, l’étendue des possibles

Formée à l’art textile par l’école Duperre à Paris, Hélène Duclos peint, dessine, brode et grave les contours mouvant d’un monde nouveau.
Dans des paysages alliant douceurs et monstruosités, démons et merveilles, les éléments de géographies multiples éclatent comme des bulles : nuages, collines, îles et oasis, mers et montagnes sont le théâtre de scènes troublantes, faites de surgissements et de disparitions.
Des créatures, minuscules et méticuleusement tracées, évoluent selon des lois physiques étranges. Leurs interactions nous parlent d’un monde parallèle, d’un autre monde possible.

Immémoriales et carnavalesques : les créatures

Êtres indéfinissables à l’humanité incertaine, les « Créatures » sont par excellence des objets d’étrangeté.
Leurs corps hybrides, triturés ou chimériques, mi-homme mi-animal, esquissent des images à la lisière du merveilleux et du monstrueux.
Leur figure, familière, nous renvoie tant à un passé lointain – primitif voire mythique – qu’à notre imaginaire contemporain.
Issues des mythes, des rites et des fêtes, les Créatures réunies sous le signe de l’Étrange sont le fil conducteur de cette exposition.

Per ne’n saubre mai – Renseignements

Musée & Jardins Cécile Sabourdy (Rue Chavaud – 87260 Vicq-sur-Breuilh) – 05 55 00 67 73 – contact@museejardins-sabourdy.fr